Grand A le mag - 3 : Décembre 2018

NUMÉROS PRÉCÉDENTS

Collapse

Uncollapse

Le Congrès des maires de l'Isère

RISQUES ET RÉSILIENCE POUR VOUS ?

L’Agence d’urbanisme de la région grenobloise était au 61e Congrès des maires de l’Isère le 13 octobre 2018 à Heyrieux. L’occasion pour elle d’aller à la rencontre des élus et d'autres acteurs afin de les inviter à s’exprimer sur cet enjeu partagé. En effet, depuis 2012, l’Isère est identifié comme le territoire le plus à risques à l’échelle nationale, au premier desquels sans doute, celui d’inondation dans les vallées alpines. Concilier développement et protection des personnes et des biens est évidemment une préoccupation forte. Alors, comment « faire avec » ?

  • Jean-Pierre Barbier

    Président du Département de l’Isère


    « La catastrophe malheureusement, on ne peut pas l’éviter. Mais il faut la prévenir pour mettre en sécurité les biens et les personnes. Et une fois que ceci est fait, savoir tirer les enseignements et surtout réagir rapidement pour remettre nos territoires en mouvement. On l’a vu avec le Chambon, une catastrophe naturelle dont les conséquences humaines ont été dramatiques puisque c’était la seule route d’accès […] Les routes sont un risque majeur en Isère, ainsi que l’inondabilité. Pour cela, on travaille avec l’ensemble des EPCI et des communes dans le cadre de la loi Gemapi pour créer des syndicats ayant une expertise technique et des moyens pour investir. Il y a aussi tous les risques techniques pour lesquels le Département investit plus de 53 millions d’euros dans le SDIS, avec un maillage territorial de sapeurs-pompiers professionnels et volontaires exemplaire. Il faut qu’on continue dans ce sens-là, avec l’Irma et d’autres associations dont le rôle est d’informer les citoyens des risques sismiques, technologiques, et autres. »

  • Daniel Boisset

    Maire de Saint-Égrève


    « [Sur Saint-Égrève] il y a tous les risques (chutes de pierres, risque d’inondation, torrentiel…) […] Notre Plan communal de sauvegarde (PCS) est très complet, aussi bien en matière de risques naturels que de risques technologiques, industriels. Quand le risque arrive, il est souvent trop tard et dans l’affolement, on fait n’importe quoi. Donc il est important d’avoir une check list de ce qu’il faut faire au moment où les problèmes arrivent. Il faut éviter la panique, donc communiquer […] Il est évident que le plan de sauvegarde ne doit pas être seulement communal mais aussi intercommunal, voire à l’échelle métropolitaine. »

  • Jean-Paul Bret

    Président du Pays Voironnais et maire-délégué du Pin, président de l’Agence d’urbanisme de la région grenobloise


    « Nous avons toujours eu tendance à considérer que le risque n’existait pas mais le pire, c’est de l’ignorer. Il est important de savoir comment réagir en cas de catastrophe, comment faire en sorte que les dégâts éventuels soient pris en compte rapidement et minimiser les conséquences. Par exemple, la zone économique Centr’Alp est exposée au risque d’inondation : il faut acculturer les partenaires économiques et définir avec eux la meilleure façon d’agir en prévention, puis en réparation des dégâts […] Il faut aussi voir avec les habitants comment prendre en compte le risque. »

  • Patrick Carton

    Directeur Assurances Collectives Groupama


    « La personnalisation des approches des assureurs en amont et en aval de la survenance des risques est faite spécifiquement avec des services régionaux pour des territoires donnés. C’est une politique de prévention adaptée au territoire et en aval, dans la réparation, l’indemnisation des sinistres, en intervenant sur les matériaux, les techniques, la prise en compte de l’habitat, pour s’intégrer beaucoup mieux à la nature du risque, que ce soit à l’échelle d’un département, d’un groupe de communes ou d’une commune spécifiquement. Les habitants sont associés à la réflexion par le plus petit échelon de notre organisation qui est la caisse locale, dans laquelle sont élus des bénévoles qui représentent la population, s’associent à elles en proximité quand un sinistre intervient, ou dans la décision de la mise en œuvre d’une action de prévention par exemple. Le département de l’Isère a une pluralité de géographies, de territoires, d’économies qui doivent être pris en compte. Et sans une prévention et une analyse en amont avec les populations, la réponse sera forcément moins adaptée en aval. »

  • Christian Coigné

    Maire de Sassenage, 4e vice-président du Département de l’Isère chargé de l’ingénierie urbaine, du foncier et du logement, président du CAUE de l’Isère


    « À Sassenage, les risques d’inondation ne permettent plus de construire, c’est un manque à gagner pour la commune, estimé à 8 millions d’euros entre 2015 et 2020 […] Comment construire sur l’inondabilité ? Qui finance ? Quels sont les problèmes techniques ? On ne trouvera pas de solutions, si on ne se met pas autour d’une table pour définir ensemble les possibilités de construire sur l’inondabilité. »

  • Sandrine Fiat

    Avocate, CDMF Avocats Grenoble


    « En matière de risques naturels, il n’y a pas de dialogue, au sein de la population, comme entre l’État qui est chargé de la compétence risque et les collectivités. C’est-à-dire que les collectivités se retrouvent avec un porté à connaissance d’études sur lesquelles elles n’ont souvent pas eu d’informations préalables et auxquelles elles n’ont pas participé. Pourtant les maires aimeraient y participer, ne serait-ce que pour avoir des explications. La résilience c’est un dialogue, une construction, ce n’est pas ce qui existe actuellement. »

  • Christine Garnier

    Présidente de l’EPF du Dauphiné, Vice-présidente de Grenoble-Alpes Métropole déléguée à l'habitat, au logement et à la politique foncière


    « On parle enfin de la résilience alors que cela fait très longtemps que j’explique à tout le monde qu’on a tous les risques sur notre territoire ! On parle beaucoup de l’inondation, mais il y a aussi des risques industriels, des risques sismiques, la pollution de l’air […] et pourtant on l’aime ce territoire. Si on y vient c’est aussi que l’on est attaché à un air pur, à une vie sécure. Pour moi il y a un point essentiel sur la résilience : on doit changer de pratiques, de dogmes, ne pas parler que des constructions neuves mais travailler sur l’existant et pouvoir offrir des solutions aux personnes qui habitent déjà là […] On a beaucoup de travaux très pratiques à faire pour s’adapter, se protéger des risques dans le neuf et dans l’existant. Peut-être faudrait-il un mot plus simple que celui de résilience, qui parle au grand public […] Il y a beaucoup de pédagogie à faire avec les habitants et tous les élus pour s’adapter et prendre en compte tous les risques. »

  • Bernard Grollier

    Maire d’Eydoche


    « Les cabinets qui font des études sur les risques ne prennent pas en compte l’avis des élus […] Ils ne sont pas assez sur le terrain […] On ne peut pas discuter avec ces gens-là. Moi, ce que je veux c’est qu’on discute autour d’une table […] »

  • Serge Gros

    Directeur du CAUE de l’Isère


    « Pour moi, le territoire métropolitain grenoblois a été un territoire d’avant-garde, d’innovation parce que précisément, les montagnes, les contraintes, les ressources l’ont amené à s’interroger sur ses marges de manœuvre, la relation entre les risques et la vie. De tout temps, on a composé avec le risque, mais plus aujourd’hui qu’hier encore, on a réinventé les pistes du développement durable, de nos communications, de nos activités, de nos rapports à la nature, à l’environnement, en s’appuyant sur la chance d’avoir un lieu aussi riche, contrasté, contraignant et sur lequel toutes les positions standardisées n’ont pas de sens. Donc il nous faut être créatif, adapté, sur mesure, et surtout inventif. Il faut lancer des chantiers expérimentaux sur la question du risque de l’eau, sismique, etc. sur lesquels, on devrait être beaucoup plus audacieux. On a trop longtemps fait croire aux habitants qu’on pouvait vivre avec un risque 0 et quand on habite dans un territoire comme le nôtre, il faut les habituer à s’approprier ces questions pour qu’ils soient beaucoup plus agiles. Je crois que les habitants sont pleins de projets, de ressources, et ils sont déjà porteurs de solutions. »

  • Stéphane Gusmeroli

    Maire de Saint-Pierre-de-Chartreuse


    « Sur la commune de Saint-Pierre-de-Chartreuse, territoire de montagne, on a des risques qui semblent aller croissant. On est contraint, ce qui pourrait être une bonne chose, pour favoriser la concentration du développement sur les terrains non exposés, qui sont en nombre assez faible sur la commune. Pour l’instant, on n’a pas réussi à franchir ce cap-là, on a plutôt une attitude, dans les relations avec les services de l’État, d’opposition au développement, mais pas la capacité à aller chercher des solutions malgré le risque, de construire autrement, par exemple sur pilotis ou autre... »

  • Thierry Jacquin

    Directeur des Relations Externes / Délégué Général chez Gaz Électricité de Grenoble (GEG)


    « La qualité de l’air et la mobilité sont des éléments clés de la qualité de vie, de la résilience d’un territoire : travailler sur les mobilités propres et les énergies renouvelables pour améliorer la contribution du territoire à la qualité de l’air et la qualité de vie des citoyens. Il y a également la notion d’approvisionnement en énergie sur un territoire comme la métropole grenobloise, extrêmement urbain et dépendant des territoires périphériques. Les habitants sont forcément importants dans le développement des énergies renouvelables. Pour une plus grande acceptabilité, il faut les associer éventuellement dans les phases d’étude, dans les phases de réalisation de projet, dans les cofinancements. Ça permet de les impliquer plus fortement dans les problématiques liées à l’énergie, au climat et à la qualité de l’air. »

  • Catherine Kamowski

    Députée de la 5e circonscription de l'Isère


    « Comment réussir à gérer à la fois les risques, la résilience vis-à-vis de ces risques, les nouvelles règles et méthodes de construction, et le développement économique ? Il y a un très gros travail de pédagogie à faire, d’expression de ce qui est possible et de ce qui n’est plus ou pas possible, et des solutions à trouver pour qu’il reste encore de l’espoir et du développement. »

  • Francie Mégevand

    Maire d’Eybens, Vice-présidente de Grenoble-Alpes Métropole déléguée à la culture et l'éducation


    « Ils nous embêtent ces risques… Dès que l’on a un programme immobilier, avec la nouvelle carte des aléas, c’est très compliqué, on discute longuement mais en même temps, c’est ce qu’il faut prendre en compte. On travaille beaucoup pour analyser, comprendre le degré des risques et ensuite débattre avec toutes les personnes concernées, pour savoir si on prend le risque collectivement ou pas, jusqu’où, comment, quel système de réponse pour amoindrir le risque ou pour le gérer ? Le long de la rocade, on est confronté à la pollution. Par exemple, pour les terrains de sport, on essaye d’éviter les matchs à l’heure de pointe sur la rocade. Pour moi, cela signifie qu’il faut anticiper, mieux connaître, mesurer le risque et l’anticiper dans nos réponses, en le prenant comme une vraie variable, non secondaire mais centrale. La résilience c’est d’intégrer dès le départ cette notion de risque, trouver des réponses, anticiper et penser loin. »

  • Didier Monnot

    Directeur général de Pluralis


    « Aujourd’hui ce qui nous pénalise le plus, ce n’est pas seulement les règles, c’est la fréquence avec laquelle les nouvelles règles viennent se substituer aux anciennes, et cela casse toute capacité de projection, de planification. De l’habitat résilient, on en a toujours fait, ce n’est pas nouveau sauf qu’aujourd’hui, le foisonnement des contraintes rend la résilience de plus en plus difficile. Ces nouvelles règles sont mouvantes, s’adapter c’est mission impossible parce que vous allez effectivement intégrer ces contraintes qui vont évoluer tout au long du projet, qui devra être en permanence en refonte. »

  • Jean-Christophe Piolat

    Maire de Sainte-Anne-sur-Gervonde et 10e vice-président de Bièvre Isère délégué à l’aménagement, urbanisme et PLUi


    « On est en train de faire un PLUi sur nos 54 communes, 54 000 habitants, et un PLUI c’est avant tout un projet de territoire dans lequel s’inscrivent les risques. Chaque commune a ses cartes d’aléas avec des risques forts, moyens, d’inconstructibilité et autres. Aussi, il ne faut pas faire prendre de risques à la population et être très rigoureux avec la constructibilité : tenir compte des zones de glissement et de tous les aléas de façon à ne pas avoir de mauvaise surprise à l’avenir. La population n’est pas toujours d’accord avec les cartes puisque chacun n’a pas tout à fait le même vécu. Notre rôle, c’est de faire de la pédagogie et d’expliquer pourquoi à certains endroits on n’a pas le droit de construire. »

  • Éric Piolle

    Maire de Grenoble


    « Nous avons fait le choix de travailler les cartes de risques, car il ne faut pas basculer d’une période où on a ignoré les risques à une période où on met des parapluies partout et où on se paralyse. Ce qui est important c’est de développer notre agilité par rapport aux risques, ce qu’on a essayé de faire avec le PPRI, et puis notre capacité d’entraînement puisque l’on sait que des chocs plus ou moins violents vont arriver. Pour les risques naturels, d’inondation, industriels, etc., il faut développer notre capacité de résilience, s’entraîner pour vivre le mieux possible ces chocs, réagir dans l’instant présent, et réagir à court et moyen terme […] Quand il y a eu un risque de rupture électrique en janvier 2017, nous sommes les seuls en France à avoir demandé un affichage sur les immeubles dont l’électricité serait coupée en premier, en cas de délestage. Cela permet de gagner en information et en résilience parce que, quand on voit un panneau dans son immeuble, on sait qu’en cas de délestage c’est chez nous que cela va couper, donc, par exemple, on va faire attention à la dame du 4ème qui vit seule et avec un appareil à oxygène qui fonctionne à l’électricité, on va faire attention aux personnes isolées, on va ouvrir des lieux publics où se retrouver : ce n’est pas de la fiction, c’est extrêmement concret. »

  • Marcel Repellin

    Maire de Seyssinet-Pariset


    « Les communes de la rive gauche du Drac sont largement impactées à partir de Seyssinet-Pariset jusqu’à Sassenage voire Noyarey et Veurey-Voroize par les risques de rupture de digues. Et je crois qu’il y a un travail en commun à faire pour justement procéder au confortement des digues et limiter les risques. Aujourd’hui on a trouvé, à travers l’État, avec les collectivités locales, un interlocuteur commun qui va permettre d’avoir une concertation avec l’ensemble des partenaires. La résilience, ce serait de procéder au confortement de l’existant déjà et peut être construire autrement, mais on ne peut pas ne pas construire. »

  • Philippe Troutot

    1er adjoint au maire de Grésy-sur-Isère (73), président de l’institut des risques majeurs (Irma)


    « La résilience, c’est la capacité d’un territoire à revenir à un état normal suite à une catastrophe qu’elle soit d’ordre technologique, industriel ou naturel […] C’est en se regroupant, en étant unis avec les forces de l’ordre, les Services d’incendie et de secours, les maires, les intercommunalités, qu’on peut revenir à un équilibre, à une situation normale […] L’entraînement est fondamental, parce que c’est en s’entraînant que l’on est meilleur. On a des maires en Isère qui sont capables de faire preuve de résilience par rapport à ces risques. »

  • Jean-Paul Trovéro

    Maire de Fontaine


    « Le risque majeur sur Fontaine, c’est le risque d’inondation. Beaucoup d’habitants me demandent ce qui va arriver par rapport à leur habitat, leur tènement, tout simplement, par rapport à leur manière de vivre et leur manière d’être, et il faut les rassurer dans un premier temps. Les équipes de la Métro et des villes ont cependant réussi à ce qu’il y ait un aménagement sur ce périmètre-là, un projet d’envergure, qui nous tient à cœur. Et il a fallu être exemplaires pour le faire admettre, pour contourner les risques majeurs d’inondabilité. »

  • Roger Valtat

    Président de Bièvre Est, 1er adjoint au maire de Colombe


    « En Bièvre Est, on n’a pas de risques majeurs mais le principe de solidarité impose le fait que l’on puisse être solidaire des autres territoires en aval. Les habitants, s’ils ne sont pas directement impliqués ou concernés par le risque, ont une vision relativement lointaine de ce que peut être la protection des populations. Et ils le verront probablement par la prise ou non de la taxe Gemapi, sur laquelle notre intercommunalité ne s’est pas encore prononcée. »

__Logo1_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même