Grand A le mag - Juin 2018

NUMÉROS PRÉCÉDENTS

Collapse

Uncollapse

couverture-copie.jpg

LE DÉVELOPPEMENT DE NOUVELLES MOBILITÉS

Enjeu5-Nvlles-mobilites72dpi.jpg

Une mobilité plus propre, plus connectée, plus solidaire, plus intermodale, plus soutenable financièrement : tels sont les objectifs assignés aux Assises de la mobilité, lancées par le Gouvernement le 19 septembre et qui se sont conclues le 13 décembre. Pendant trois mois, entreprises, start-ups, collectivités locales, associations, sans oublier les usagers, ont été invités à réfléchir à l’évolution des transports et des politiques publiques liées, d’ici 2030. Six groupes de travail ont été constitués sur cette base pour formuler des propositions innovantes à la ministre des transports Élisabeth Borne. En complément, un appel à manifestation d’intérêt a été lancé pour recenser et expérimenter des solutions innovantes dans tous les territoires, pouvant constituer des avancées technologiques, mais aussi, de nouvelles approches organisationnelles et sociales. « L’innovation est en train de révolutionner la mobilité. Je veux que toutes les innovations qui se développent profitent à tous les habitants dans tous les territoires, pas seulement les centres urbains mais aussi les territoires ruraux et périurbains. » a précisé la ministre.

Un rapport d’étape pour le conseil d’orientation des infrastructures (COI) préfigure quelques pistes, « des outils de régulation et de financement des investissements publics ». L’heure n’est plus aux grands projets : « L’intérêt général est aujourd’hui de donner la priorité aux mobilités quotidiennes. » La 16e semaine européenne de la mobilité (du 16 au 22 septembre) s’intitulait « partager pour aller plus loin ». Utiliser des formes de transports partagés favorise en effet la réduction de ses dépenses et de son empreinte carbone. Le développement des applications et plates-formes en ligne permettent d’optimiser nos trajets et facilitent la gestion d’une mobilité collective…

Et si les futures solutions de mobilités urbaines étaient plutôt à rechercher du côté d'un nouveau mode de consommation des transports que du côté des véhicules ? C’est une idée qui fait son chemin chez les spécialistes et progresse partout dans le monde, sous le nom de « mobility as a service » (MaaS). Le concept : rassembler tous les moyens de transport à disposition des citadins dans une seule offre illimitée, avec la garantie d’avoir le meilleur moyen d’aller partout, à tout moment.

En pleine élaboration de son Plan de déplacements urbains 2030, le SMTC avait lancé l’année 2017 avec un grand débat : Horizon 2030, imaginons l’avenir des voitures. Objectif : penser globalement les déplacements, anticiper les besoins, et planifier les actions à mettre en œuvre pour une mobilité qui réponde aux attentes de chacun, tout en préservant notre environnement, notre santé et la cohésion de notre territoire. Un PDU orienté « services à la mobilité ». C’est pourquoi, pour son élaboration conduite avec le soutien de l’Agence, plusieurs dispositifs de concertation ont été mis en place avec l’ensemble des parties prenantes.

Grenoble et sa métropole sont très en pointe des réflexions et expérimentations. Depuis fin septembre 2017, cinq nouveaux équipements urbains en faveur des mobilités actives et des transports en commun sont expérimentés : un axe apaisé afin de mieux partager la rue ; un abri voyageurs nouvelle génération ; un banc public multi-usages ; un gouvernail pour mettre le piéton sur le bon chemin ; une signalétique « petits poucets » améliorée. Les précédents aménagements testés depuis juillet 2016, ont permis d’augmenter de 11 % la fréquentation de la ligne Chrono C5 en un an.

Transdev a reçu en avril le premier prix de la participation citoyenne décerné par Le Monde Smart Cities, pour Chrono en marche ! une solution numérique qui associe les Grenoblois aux évolutions urbaines de leur quartier en lien avec l’offre de transports. Avec le SMTC, ils développent de nouvelles solutions de mobilité au sein du Laboratoire d’expérimentation des mobilités de l’agglomération grenobloise (Lemon)… Les opérations incitatives sont nombreuses dans la métropole grenobloise (Je plaque ma caisse, Mouv’2017…) et ne peuvent toutes être citées. Pour ce qui est de l’usage du vélo dans les déplacements en France, notamment au quotidien pour se rendre au travail, la métropole fait toujours la course en tête. MétroVélo a passé cette année le cap des 100 000 abonnements. Et, avec Chronovélo, la Métropole souhaite développer l’usage du vélo en le rendant plus accessible et sécurisé. Objectif : hisser ce mode à hauteur du tramway, du moins en matière de fréquentation (216 000 voyages / jour), d’ici à 2020.

Quant à la région Auvergne-Rhône-Alpes, elle se voit leader européen de la mobilité hydrogène, dans le cadre d’un projet d’investissement de 70 millions d’euros sur 10 ans.

consulter notre blog de veille

__Logo1_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même