Grand A le mag - Juin 2018

NUMÉROS PRÉCÉDENTS

Collapse

Uncollapse

couverture-copie.jpg

L’INTERDÉPENDANCE DES TERRITOIRES ET LES NOUVELLES LOGIQUES ÉCONOMIQUES

Enjeu6-EcoAEPI-PHOTEC-Inovallee-MGE-Viseo72dpi.jpg

« Plus de vitesse, plus de mobilités, plus de réseaux : les territoires se « déforment », partout dans le monde. Nos conceptions et représentations de l’espace s’en trouvent bouleversées, un peu comme si on passait, en matière de « sciences du territoire », de la physique newtonienne à la physique quantique. Convenons d’appeler « métropolisation » ce bouleversement, qui est la dimension pour ainsi dire « locale » d’un autre bouleversement bien (re)connu, la mondialisation. »

Le thème de l'interterritorialité ne pouvait manquer d’être introduit par Martin Vanier, géographe, auteur de multiples articles et ouvrages sur le sujet. Des propos à forte résonnance pour les économistes que sont Laurent Davezies et Magali Talandier auteurs de « L'émergence des systèmes productivo-résidentiels : Territoires productifs-territoires résidentiels : quelles interactions ? ». Ils mettent en évidence les interdépendances de plus en plus grandes entre les territoires français à économie productive, au premier rang desquels les métropoles, et ceux à économie résidentielle, lieux de consommation des ménages, des retraités ou des touristes. Selon eux, l'idée d'un développement métropolitain hors-sol, tout entier orienté vers la mondialisation et tournant le dos aux territoires périphériques, dédiés à l'économie résidentielle, doit être remise en cause. Ils donnent ainsi à voir une nouvelle géographie des territoires français faisant apparaître de véritables « systèmes productivo-résidentiels » (SPR) fonctionnant à des échelles plus larges que les aires urbaines, associant espaces urbains et campagnes.

C’est un thème qui ne manque pas de faire écho auprès des agences d’urbanisme, qui y avaient d’ailleurs consacré fin 2016 leurs rencontres annuelles sous l’intitulé accrocheur « Territoire(s) nos limit(e)s ». Des agences que leur rôle et leurs missions portent précisément à élever le regard, à croiser les échelles, à observer et analyser les flux et les dynamiques à l’œuvre et in fine, à contribuer à la coordination des politiques publiques et aux coopérations territoriales… À l’heure de la fusion régionale réunissant Auvergne et Rhône-Alpes, les 4 agences régionales, en coopération avec l’Insee, ont travaillé à la parution d’un Atlas en 3 tomes, riche d’exemples explicites de la diversité et de la réalité des interactions. Au moment de lancer son projet Grand A en 2017 à l’occasion de ses 50 ans, l’Agence grenobloise en a logiquement fait son thème de l’année, en actualisant notamment sa série sur les EPCI Isérois « Vos territoires en mouvements. » Interactions et flux étaient encore au cœur de la table ronde animée par Benoît Parent et Frédéric Pontoire lors du Festival de géopolitique de Grenoble École de Management : « des flux du pouvoir au pouvoir des flux », un thème porté au débat sur de multiples scènes, tout au long de l’année.

Ainsi par exemple, avec l’aide des agences régionales, le Réseau des 9 villes-centres et des grandes agglomérations d’Auvergne-Rhône-Alpes a souhaité apporter sa contribution à l’élaboration du Schéma régional de développement durable et d’égalité des territoires (Sraddet). Une contribution qui repose sur 3 objectifs partagés : durabilité, équilibre et égalité des territoires (en stimulant les capacités d’entraînement des systèmes urbains) ; connectivité entre les agglomérations du réseau…

De son côté, le SCoT de la grande région de Grenoble, également auteur d’une contribution au Sraddet, ne manque pas non plus de questionner le fait métropolitain et ses incidences, lui consacrant plusieurs de ses séminaires politiques en 2016 et 2017. En février, Benoît Parent était invité à dresser un portrait détaillé du fait métropolitain et des rapports de la métropole avec ses grands territoires voisins.

consulter notre blog de veille

__Logo1_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même