Grand A le mag - 3 : Décembre 2018

NUMÉROS PRÉCÉDENTS

Collapse

Uncollapse

slide-5.JPG Les risques d’inondations à l’échelle du quartier
evo-morphologique.JPG Évolution morphologique
CARTE-CASSINI.jpg Évolution paysagère

En résumé

La conduite de ces ateliers nous permet de révéler un certain nombre de principes forts relatifs à la conception d’espaces urbains adaptables et résilients :


  • L’interdépendance des éléments environnementaux, bâtis et ouverts oblige à dépasser une approche strictement technique (pour ne pas dire techniciste) de la maîtrise de l’eau ;
  • La récupération, le cheminement et le stockage de l’eau deviennent des motifs de compréhension d’un site et de sa topographie tout en rendant solidaires, et cela à plusieurs échelles, des territoires jusque-là pensés séparément ;
  • Les logiques du réseau hydrographique peuvent conduire à dicter celles de la morphologie urbaine, les espaces inondables devenant de véritables paysages, un nouveau vocabulaire d’espaces publics faisant son apparition : noues, fossés, strates herbacées, bassins de rétention, terrasses humides, jardins de pluie, etc. ;
  • L’affirmation de nouveaux modes de représentation et d’une réflexion en coupe (plutôt qu’en plan) prenant en compte les épaisseurs de la ville depuis le sol et ses capacités jusqu’aux volumes construits.
Retour En avant

Rive gauche du Drac : Pour un renouvellement urbain résilient

ATELIER des étudiants en M2 Urbanisme et Projet Urbain encadré, IUGA de Grenoble

Mettre en œuvre un renouvellement urbain résilient au sein des espaces péricentraux. Tel était le sujet proposé aux étudiants du Master 2 Urbanisme et Projet Urbain. Réalisés en moins de dix jours, les projets se concentrent sur des espaces-tests confrontés au risque d’inondation, tous situés en rive gauche du Drac.

Parmi les cas d’étude traités, la transformation du secteur « prioritaire » Alpes-Mail Cachin (Fontaine) constitue certainement l’un des exemples les plus paradigmatiques. Le quartier présente toutes les caractéristiques d’une plaine inondable progressivement urbanisée au cours des XIXème et XXème siècles. À mesure que s’endigue le Drac et que s’industrialise l’ouest grenoblois, le mouvement d’urbanisation s’organise par poches successives et diffuses, (1) d’Est en Ouest d’abord (depuis les axes qui prolongent les ponts enjambant le Drac jusqu’au piedmont du Vercors auquel s’agrippe le bourg ancestral de la Poya), (2) de Sud en Nord ensuite (de part et d’autre de l’avenue Ambroise Croizat qui relie Grenoble à la cluse de Voreppe). De la plaine agricole, il ne reste que les tracés des cours d’eau aujourd’hui enterrés et busés, un maillage lâche constitué de vastes îlots bornés par d’anciens chemins agricoles devenus des axes secondaires et une infrastructure verte abondante, héritière du parcellaire agricole d’autrefois – des traces d’activités maraîchères, de prairies et de fauches, même que des jardins ouvriers sont encore visibles – mais néanmoins fragmentées et déstructurées.


Les formes urbaines, quant à elles, brillent par leur hétérogénéité et leur difficile dialogue : au sud de la rue Charles Michels, l’on retrouve les lotissements pavillonnaires des années 1930, leur voirie de desserte et leurs impasses ; au Nord, de part et d’autre de la boucle du Mail Cachin, un semis de barres et de tours typique de l’urbanisme des années 1960s, une abondance d’espaces végétalisés faiblement qualifiés, peu appropriables et difficilement lisibles. À l’écart des axes structurants, le quartier apparaît d’autant plus enclavé qu’il est mis à distance des dynamiques de renouvellement urbain qui l’entourent (projet « Portes du Vercors », Écoquartier Bastille) alors même que les équipements y sont nombreux, variés et attractifs (écoles, marché, EPHAD, boulodrome etc.).


Au regard des problématiques d’inondation, les fragilités urbanistiques recensées s’avèrent fondatrices d’un renouvellement urbain potentiellement résilient : penser la ville avec l’eau oblige en effet à considérer son cheminement en cas de crue de nappe, de rupture de digue mais également, son ruissellement à l’occasion d’épisodes pluvieux abondants. Le caractère dispersé de l’urbanisation, la forte couverture végétale et la diversité des activités qui s’agglomèrent en cœur de quartier constituent la trame à partir de laquelle les scénarios de projet vont se tisser.


En synthèse :


  • Une première volonté s’affiche : maintenir la porosité des sols tout en rendant le quartier plus perméable à l’eau certes, mais également aux flux de mobilité, plus particulièrement piétons. Leurs dessins sont liés et tracent un axe Est-Ouest que la mise en continuité visuelle du parcours de l’eau souligne. Le nouveau réseau hydraulique (constitué d’espace de récupération, de stockage et de cheminement) se double ainsi d’une ossature lisible et d’un réseau d’espace public passant, susceptible de désenclaver ce morceau de ville.
  • Une seconde consiste à (re)distribuer de part et d’autre de cet axe (qui emprunte partiellement le Mail Cachin), logements, équipements, marché, tout en adossant des typologies architecturales résilientes (bâtiments sur pilotis, surélévation, tour refuge, etc.) au développement d’une nouvelle grammaire d’espaces publics adaptables au regard de leurs usages et capables d’accueillir l’eau en cas d’inondation : water square, noue paysagère, jardins de pluie, etc.

résumé des ateliers

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

__Logo1_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même