Grand A le mag - 3 : Décembre 2018

NUMÉROS PRÉCÉDENTS

Collapse

Uncollapse

P1100413bd.jpg Julie Flohr, présentation de son atelier, juin 2018

Vidéo de l'atelier : "Nouvelles plasticités territoriales : nouvelles économies..."

Entre-les-hameaux-de-Malissoles-et-Fontagneux_Oceane-OBRINGER-et-Jia-LU3.jpg
Maquette du projet "Entre les hameaux de Malissoles et Fontagneux" d'Océane OBRINGER et Jia LU
Entre-les-hameaux-de-Malissoles-et-Fontagneux_Oceane-OBRINGER-et-Jia-LU2.jpg
Dessin du projet "Entre les hameaux de Malissoles et Fontagneux" d'Océane OBRINGER et Jia LU
Entre-les-hameaux-de-Malissoles-et-Fontagneux_Oceane-OBRINGER-et-Jia-LU1.jpg
Dessin du projet "Entre les hameaux de Malissoles et Fontagneux" d'Océane OBRINGER et Jia LU
lHybrid-un-village-educatif-3_CANNIER_plan-2.jpg
Dessin du projet "l'Hybrid un village éducatif pour redécouvrir les économies de l’agriculture" de Cornélia Cannier
Retour En avant

La métropole grenobloise face aux risques d’inondation, Atelier 2

« Nouvelles plasticités territoriales : nouvelles économies dans la région grenobloise »

Équipe enseignante :
Julie Flohr, Maitre de conférence Théories et pratiques de la conception architecturale et urbaine / Conception architecturale (responsable pédagogique)
Frédéric Dellinger, Enseignant Ville Territoire / Ville – Paysage

Étudiants :
Cornélia Cannier / Océane Obringer / Jia Lu / Marie-Charlotte Roux / Benjamin Folcher / Agathe Cheynet / Maïté Virolle

Les tracés successifs et les comportements des lits du Drac et de l’Isère ont à travers l’histoire été liés au développement économique, culturel et social de la région grenobloise. Leur trajectoire physique est aujourd’hui fortement contrôlée par les actions des « institutions de l’ingénierie » qui ont œuvré depuis la période de la houille blanche jusqu’à la période de l’après-guerre, afin d’imaginer, de dessiner et d’exécuter les barrages qui augmentent la capacité de retenir les eaux dans une zone géographique particulière.


C’est là le point de départ des studios, qui s’interrogent sur comment révéler l’idée que ces terres - qui ont toujours été inondables et qui étaient préalablement destinées à des usages agricoles et récréatifs - sont aujourd’hui devenues un foncier urbanisé ou urbanisable et demeurent, de fait, exposées au risque de l’inondation. Plutôt que de mettre ces deux caractéristiques en opposition absolue, le studio se sert de cette possibilité comme levier d’invention – certes prospectif – pour imaginer le territoire, le grand paysage, dans sa dimension plastique, spatiale, matérielle, économique, sociale et culturelle.


vidéo de l'atelier

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

__Logo1_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même